www.jesuispatrick.fr Parjure & Corruption à grande échelle au cœur même de la justice…(Version BLOG .com)

Un site utilisant unblog.fr

 

Ma maison… c’est l’arbre qui cache la forêt 12 mars 2018

Classé dans : Non classé — PATRICK DEREUDRE @ 2 h 22 min

Ma maison… c’est l’arbre qui  cache la forêt

. .

Mise en ligne le Lundi 12 Mars 2018 à 02h22 par Patrick DEREUDRE

. .

DEPUIS PLUS

DE

TREIZE ANNÉES 

MAINTENANT

il s’est joué

un concentré de comédie humaine

&

de

Manipulation

à très

grande échelle

par des

NOTABLES

de la région

www.immersion-en-region-hauts-de-france.com

et pas seulement !!!

.

Ma maison... C'est l'Arbre qui Cache la Forêt JE SUIS UN LANCEUR D'ARLERTE : voir site www.maisonnonconforme.fr de Patrick DEREUDRE

Ma maison… C’est l’Arbre qui Cache la Forêt JE SUIS UN LANCEUR D’ARLERTE : voir site www.maisonnonconforme.fr de Patrick DEREUDRE

. .

Je cite : il va falloir vous  attendre à des ripostes de taille !

Vous savez à qui vous avez à faire

Voir Mail ci-dessous du 08 février 2005

Je cite : Il s’agissait plutôt d’un grand désarroi

Voir Mail ci-dessous du 31 décembre 2004

Quand travailler se transforme en cauchemar !

Harcèlement moral

j’ai donc décidé de faire certaines révélations

CETTE HISTOIRE A UN DÉBUT ELLE AURA UNE FIN

Il m’appartient pas de juger mais il m’appartient de dire la vérité

.

Liberté Egalité Fraternité 

Droit d’Expression

.

CORRUPTION 

Mon employeur versera à certains salariés

des Primes exceptionnelles d’un montant

de 1.000€ & 300€ 

en échange

d’attestations

mensongères & calomnieuses

à mon encontre

 qui seront produites

en

justice

.

Déclaration universelle des droits de l’homme

Considérant que la reconnaissance de la dignité inhérente à tous les membres de la famille humaine et de leurs droits égaux et inaliénables constitue le fondement de la liberté, de la justice et de la paix dans le monde.

Considérant que la méconnaissance et le mépris des droits de l’homme ont conduit à des actes de barbarie qui révoltent la conscience de l’humanité et que l’avènement d’un monde où les êtres humains seront libres de parler et de croire, libérés de la terreur et de la misère, a été proclamé comme la plus haute aspiration de l’homme.

Article 7 Tous sont égaux devant la loi et ont droit sans distinction à une égale protection de la loi. Tous ont droit à une protection égale contre toute discrimination qui violerait la présente Déclaration et contre toute provocation à une telle discrimination.

Article 8 Toute personne a droit à un recours effectif devant les juridictions nationales compétentes contre les actes violant les droits fondamentaux qui lui sont reconnus par la constitution ou par la loi.

. . .

www.je-suis-franc-maçon-donc-intouchable.fr

www.je-suis-notable-donc-intouchable.fr

. .

Citation de Winston Churchill :

« Si tu traverses l’enfer ne t’arrête pas d’avancer »

.

PARJURE & CORRUPTION 

À TRÈS GRANDE ÉCHELLE 

AU CŒUR MÊME DE LA

JUSTICE

.

A la demande de 

Monsieur le Procureur de la République 

j’ai été auditionné à plusieurs reprises

entre 2007 et 2014

par des Gendarmes

Auditions sous

les provocations,

les intimidations,

le chantage et les menaces…

et beaucoup plus encore…

 

Et ce dans le but de me pousser à l’outrage

mais surtout de classer des dossiers

particulièrement sensibles

notamment pour un avocat de renom

de Saint-Quentin (02100)

mais pas seulement…

  

Croyez moi

 

 J’ai beaucoup à dire…

 

ZONE DE NON-DROIT

.

L’ASSOCIATION DE MALFAITEURS EN BANDE ORGANISÉE

Articles 132-71 du code pénal :

Constitue une bande organisée tout groupement formé ou toute entente établie en vue de la préparation, caractérisée par un ou plusieurs faits matériels d’une ou de plusieurs infractions

est   puni de : 

  • 10 ans d’emprisonnement
  • et de 150.000€ d’amende.
 

LA CORRUPTION 

L’ARTICLE 445-1 du code pénal :

Le fait par quiconque de proposé sans droit à tout moment directement ou indirectement à une personne qui sans être dépositaire de l’autorité publique ni chargé d’une mission de service publique ni investi d’un mandat électif public exerce dans le cadre d’une activité professionnelle ou social une  fonction de Direction ou un Travail pour une personne physique ou moral ou pour une personne physique ou moral ou pour un organisme quiconque des offres de promesses des dons, des présents ou des avantages quelconque pour elle même ou pour autrui pour qu’elle accomplisse ou s’abstienne d’accomplir un acte de son activité ou de fonction ou facilité par son activité ou sa fonction en violation des obligations légales contractuelles ou professionnelles est puni de :

  • Cinq Ans d’emprisonnement

.

Lettres ouvertes

.

Une première sélection de courriers

.

Lettre recommandée avec AR du 10 novembre 2004 que m’avait adressé mon Employeur de l’époque.

Monsieur,

Je vous prie de vous présenter le 19 novembre 2004 à 10 heures dans mon bureau, afin de vous entretenir des motifs qui m’amènent à envisager votre licenciement.

Vous pourrez, au cours de cet entretien, me faire part de vos observations.

Je vous rappelle que vous avez la faculté de vous faire accompagner par une personne de votre choix, membre du personnel.

Je vous prie d’agréer, Monsieur, mes salutations distinguées.

Prénom & Noms Président Directeur Général & Signature

 

 

Lettre recommandée avec AR du 24 novembre 2004 que m’avait adressé mon PDG  c’est à dire mon Employeur de l’époque.

Monsieur,

Suite à l’entretien du Vendredi 19 Novembre 2004 à 10 heures, dans nos bureaux, au cours duquel vous n’avez pas cru devoir vous faire assister, nous avons le regret de vous faire savoir qu’après observation du délai légal de réflexion, nous avons décidé de mettre fin à votre contrat de
travail.

Les faits qui motivent cette sanction sont les suivants :

Lors de la réunion avec l’encadrement de la « Nom de l’entreprise » du Mardi 9 Novembre 2004, concernant la répartition des tâches effectuées par Madame « Nom de la Secrétaire de Direction présente lors de la réunion du Mardi 9 novembre 2004 » arrêtée prématurément par son médecin en prévision de son accouchement fin février 2005, vous avez refusé d’effectuer le travail qui vous a été demandé, à savoir : la saisie de la facturation.

Ce travail représente 4 à 5 heures de saisie par semaine et compte tenu de votre sous charge latente de travail, et du fait que vous avez déjà rempli cette mission qui entre dans votre champ de compétences, ce refus est inacceptable.

Il l’est d’autant plus que ces derniers mois, vous avez été souvent rappelé à l’ordre pour passer trop de temps dans les ateliers sans raisons valables.

Votre préavis débutera le 1er décembre 2004 pour se terminer le 31 janvier 2005, sauf prise de congés qui décaleraient d’autant la fin du préavis.

Nous tiendrons votre certificat de travail, votre reçu pour solde de tout compte et votre attestation Assedic à votre disposition à l’issue du préavis.

Nous vous prions d’agréer, Monsieur, nos salutations distinguées. 

Prénom &Noms Président Directeur Général & Signature.

 

 

Ma lettre recommandée avec AR du 29  Novembre 2004 que j’avais adressé en réponse à mon licenciement au PDG de l’ entreprise pour laquelle j’ai travaillé pendant 20 ans.

Monsieur le Président Directeur Général,

Je réponds à votre courrier en date du 24 novembre 2004, dans lequel vous m’annoncez mon licenciement ou vous me reprochez de refuser de reprendre les tâches de Madame « La Secrétaire de Direction », en arrêt maladie puis en maternité, soit une reprise prévue aux environs de la mi-juillet à savoir la saisie de la facturation, calcul et vérification ainsi que les éventuels litiges et réclamations des clients.

Ce motif n’est pas une cause réelle et sérieuse puisque l’on parle de tâches qui incombent à ma collègue cadre et non à ma fonction. Il est vrai qu’en 1995 dans d’autres conditions j’avais comme de nombreuse fois agi dans l’intérêt de l’entreprise en effectuant le même genre de travaux. Cet effort de l’époque qui pour moi, avait occasionné de longues journées de travail, y compris les samedi, n’avait jamais, sous aucune forme était reconnue. C’est pourquoi, lors de la réunion élargie du 9 novembre dernier lorsque vous m’avez annoncé le départ de Madame « La Secrétaire de Direction », il était important que l’on définisse en commun les modalités de son remplacement. A aucun moment, je ne vous ai exprimé mon refus d’aider à passer cette période difficile, mais cela nécessitait une définition du cadre dans lesquels cela allait se passer, chose que vous n’avez pas souhaiter faire.

Après plus de vingt années passées au service de notre entreprise, sans y avoir commis la moindre faute, je pense qu’il est important que nous puissions avoir une discussion sur les modalités de mon départ, pour notre sérénité et éviter d’autres procédures plus lourdes dont l’issue après renseignements pris, me serait forcément favorable.

Veuillez agréer, Monsieur le Président Directeur Général, mes salutations distinguées.

Suivi de ma signature.

 

CORRUPTION 

1.000€ 

de Prime exceptionnelle

en échange d’une attestation

mensongère & calomnieuse

qui sera produite

en justice

 

Le 30 novembre 2004.

Une des deux RESPONSABLE PLANNING remet à notre PDG une Attestation d’une page à mon encontre.

  • Le 30 novembre  2004 au matin le PDG lui avait personnellement remis en main propre sa fiche de paie sur laquelle figure une prime exceptionnelle de  1 000€ Brut.

.

CORRUPTION 

1.000€ 

de Prime exceptionnelle

en échange

d’une attestation

mensongère & calomnieuse

qui sera

produite

en

justice

.

Le 8 Décembre 2004.

Un RESPONSABLE PRODUCTION remet au PDG de l’entreprise une attestation d’une page à mon encontre :

  • Le 30 novembre  2004 le PDG lui avait personnellement remis en main propre sa fiche de paie sur laquelle figure une prime exceptionnelle de  1 000€ Brut.

 

 

Mail de la secrétaire de Direction adressé de son adresse mail personnelle. 

Date Vendredi 31 décembre 2004 à 17h16 

A : Sur mon adresse mail personnelle

Objet : Bonne année ! 

VOIR MAIL ci-dessous

« Son Prénom »Mail du 31 décembre 2004 de la Secrétaire de Direction de mon employeur

Mail de la secrétaire de Direction adressé de son  adresse mail personnelle

Date mardi 8 février 2005 à 12h02 

A : Sur mon adresse mail personnelle

Objet : un coucou

Salut, vous, comment va ?

 

VOIR MAIL ci-dessous

« Son  prénom »

 Mail du 08 février 2005 de ma Secrétaore de Direction de mon employeur

 

 .

CORRUPTION 

300€ 

de Prime exceptionnelle

en échange

d’une attestation

mensongère & calomnieuse

qui sera produite

en

justice

 

.

 

Le 28 février 2005.

Un AGENT DE MAITRISE du Laboratoire remet au PDG de l’entreprise une attestation d’une page à mon encontre :

  • Le 30 novembre  2004 le PDG lui avait personnellement remis en main propre sa fiche de paie, sur laquelle figure une prime exceptionnelle de  300€ Brut.

 

 

Mail d’une jeune fille en contrat PRO en Licence adressé  de son adresse mail personnelle il s’agit de la personne dont parle la secrétaire
de direction dans son mail du mardi 8 février 2005 à 12 :02.

Date mardi 28 décembre 2004   15h28

A (sur mon adresse mail personnelle)

Objet Juste un petit coucou !!! 

 

Bonjour Mister Gégétte!!!

 

VOIR MAIL ci-dessous

« Prénom de la personne »Mail du 28 décembre 2004 d’une jeune fille en contrat PRO Licence

 

 

Attestation du 18 Mai 2005  pour ma défense d’un membre du comité d’entreprise. 

Je  soussigné « …………………. » 

Date de  naissance « ………. » Profession « ………. » Salarié à la  « ……………. » délégué du personnel)  adresse « …………. » 

Atteste par la présente été personnellement et directement témoin des fait suivant. 

Début  décembre M DEREUDRE Patrick m’a signalés son licenciement, il ma demander de  l’assistés avec Mr « ……….. » pour un entretien avec Mr  « ………… » PDG de la « Nom de l’entreprise » nous sommes rendue dans sont bureau dans l’après midi accompagné de Mr DEREUDRE Patrick, Mr  «Nom du PDG » a refuser de nous recevoir prétendant que le CE ne devait  pas savoir plus pour le moment il nous demandai de sortir. Je suis informé que  la présente attestation est destinée a vue production en justice et qu’une  fausse déclaration de ma part m’exposerait a des sanctions pénales. 

Fait à  « nom de la ville » le 18 Mai 2005 * C.E Comité d’entreprise.

 

 

Le 08 juin 2005   un ancien  (Cadre Commercial France  et Export) m’adresse pour ma défense une attestation. 

Je soussigné « Nom & Prénom »    

Profession : Ex Cadre Commercial  France et Export dans le « Nom du Secteur d’activité », en Pré-Retraite  actuellement.    

Lien avec les parties : Ex Cadre  Commercial France et Export, à la « Nom de l’entreprise » du 01/07/92  au 18/07/99. 

Atteste par la présente avoir été  personnellement et directement témoin des faits suivants :    

Monsieur Patrick DEREUDRE, en plus de  ses fonctions, a effectué le remplacement (au niveau de la Facturation de la  Société « Nom de la        société » de Madame « Nom de la Secrétaire  de Direction » absente pour congés de maternité en 1995.    

Je suis informé que la présente  attestation est destinée à une production en Justice et qu’une fausse  déclaration de ma part m’exposerait à des  sanctions pénales.    

Fait à « ….. » Le 8 juin 2005.

 

 

Le 22 Juin 2005    un ancien Cadre (Directeur  Technique) m’adresse  pour ma défense une attestation. 

 Je soussigné « Nom & Prénom du Directeur  Technique »    

Atteste par les présentes avoir été  personnellement et directement témoin des faits suivants :     

 J’étais Directeur Technique de la  « Nom de l’entreprise » du 01/01/91 au 31/05/97 Je certifie que Monsieur DEREUDRE a  effectué le remplacement de Madame « Nom de la Secrétaire de Direction » pendant son congé maternité au 1er semestre 1995  pour assurer la partie facturation, Monsieur DEREUDRE a effectué des heures  supplémentaires le soir et le samedi.     

Je suis informé que la présente attestation  est destinée à une production en justice et qu’une fausse déclaration de ma  part m’exposerait à des sanctions pénales.    

Fait à …………… le 22/06/2005.

 

Afin d’arriver à c’est fin,

Il est évident que sous

la pression les intimidations

de ce

Dirigeant 

SANS SCRUPULE et AUTORITAIRE,

ce dernier à obtenu une

ATTESTATION de la SECRÉTAIRE de DIRECTION

et du

SECRÉTAIRE du COMITÉ D’ENTREPRISE

Ce Dirigeant

fera également

en

2009,

l’objet de

deux plaintes

par deux femmes

de cette entreprise

pour

Harcèlement Moral au Travail,

l’une Non Cadre en production

et la seconde

avec le statut Agent de Maîtrise dans les Bureaux

.

Attestations manuscrite du 10 Octobre 2005 de la Secrétaire de Direction de mon ancienne entreprise. Attestation qu’elle à remise au PDG de l’entreprise.

Il s’agit bien de la personne qui m’avait adressé les deux Mails ci-dessus du 31 Décembre 2004 & du 08 Février 2005.

Je soussignée, « Noms, Prénoms de la  Secrétaire de Direction » née le xx xxx 19XX à xxxxxxxxx, demeurant  xxxxxxx, n’ayant aucun lien de parenté avec les parties citées dans  la présente, certifie…

La suite est CONFIDENTIEL pour L’instant.

En foi de quoi j’ai établi la présente  attestation en vue de sa production en justice, en connaissance du fait qu’une  fausse déclaration de ma part m’exposerait à des sanctions pénales. J’atteste  avoir pris connaissance des articles 200 et suivants du Nouveau Code de  Procédure Civile.

Fait le 10 Octobre 2005 à « lieu de  résidence » puis Signature de la Secrétaire de Direction de l’entreprise.

 

 

Le 13/10/2005 Attestation  du secrétaire du C.E. pour le PDG de l’entreprise.

Il sagit de la personne qui m’avait fait une  attestation le 18 Mai 2005 voir ci-dessus . 

« Nom de la Ville »

Le 13/10/2005

Mr  DEREUDRE……………………..

La suite est CONFIDENTIEL pour L’instant.

Mr « ……….. » Secrétaire C.E.

 

 

Ma lettre recommandée n° RA 3884 XXXX 4 FR  du 05 mai 2006 adressé au Conseil de  l’Ordre des Avocats

Objet : Demande de procédure à l’encontre de Maître « Nom de  l’Avocat ».

Mesdames, Messieurs les Avocats du  conseil de l’ordre.

Par la présente, je saisis votre conseil de l’ordre à l’encontre de Maître « Nom  de l’Avocat » pour les raisons suivantes.     

Le  mardi 28 septembre 2004, j’ai été reçu par Maître « Nom de l’avocat »dans  son bureau. 

Quelques  jours plus tôt je m’étais rendu personnellement à son étude afin d’obtenir un  rendez-vous. Reçu par une secrétaire, Je me suis présenté en tant que comptable  de    la Société « Nom de mon entreprise ». J’ai expliqué que j’avais des  problèmes avec mon employeur M « Nom & Prénom du PDG » de cette société. 

La  secrétaire est allée vérifier dans ses fichiers si il n’y avait pas de problème  d’incompatibilité. 

Le jour de mon rendez-vous je me suis présenté de nouveau, j’ai ré expliqué mes  problèmes, et ce n’est qu’à la fin de notre entretien que Maître « Nom de     l’avocat » m’a dit ne pouvoir répondre à ma demande et m’a pris un  rendez-vous chez un collègue. 

Le  10 novembre 2004 M. « Nom de mon Employeur » m’a dit  vouloir engager une procédure de licenciement à mon encontre. 

Je  précise que Maître « Nom de l’avocat » est aujourd’hui l’avocat de la partie  adverse. 

Je  sollicite un entretien avec votre conseil, afin de vous faire état des détails  de mon entretien avec « Nom de l’avocat » documents  à    l’appui. 

Je  vous prie de bien vouloir accuser réception de cette déclaration. 

Veuillez  agréer, Mesdames Messieurs les avocats du conseil de l’ordre, mes salutations  distinguées.         

Suivi de  ma Signature. 

 

 

Courrier de l’Ordre des Avocats

Lettre du 23  mai 2006 de l’Ancien Bâtonnier Membre du Conseil de l’Ordre.

Affaire : DEREUDRE

Monsieur,

J’accuse bonne réception de votre courrier du 5  Mai écoulé, qui a retenu toute mon attention, concernant l’affaire référencée  en marge.

Je vous prie de trouver sous ce pli, les  explications de Maître « Prénom & Nom de l’avocat ».

Aux termes des explications de mon Confrère, j’estime qu’aucun grief ne peut lui être reproché et procède au classement de  cette affaire.

Je vous prie de croire, Monsieur, en l’expression  de mes sentiments les meilleurs.

PJ : Courrier de Maître « Noms de  l’Avocat » du 18/05/2006.

Maître « Prénom et Noms » Ancien Bâtonnier Membre du Conseil de l’Ordre et signature

 

 

Courrier de l’avocat de mon Employeur qui fût  pendant une heure mon Avocat.

Courrier daté du 18 Mai 2006 et adressé à l’avocat ci-dessus ancien Bâtonnier.

Monsieur le Bâtonnier,

J’ai pris bonne notre des doléances récemment  formulées à mon encontre par Monsieur DEREUDRE.

Je tiens simplement à vous expliquer avoir reçu  le 28 septembre 2004 l’intéressé qui m’a alors indiqué rencontrer des problèmes  avec la Direction de la « Nom de l’entreprise », son employeur.

Etant l’Avocat de cette Société depuis de  nombreuses années, je lui ai alors aussitôt expliqué qu’il ne m’était pas possible de diligenter une procédure contre celle-ci.

Je lui ai alors suggéré de prendre l’attache de l’un de mes confrères pour assurer sa défense, ce qu’il a fait.

Je n’ai par conséquent pas examiné le dossier de  l’intéressé ni fourni à celui-ci une quelconque consultation.

Bien évidemment je ne lui ai pas non plus demandé  d’honoraires compte tenu de la brièveté de notre entretien.

Je considère que lorsque celui-ci a ensuite initié une procédure contre la Société « Nom de l’entreprise » devant  le Conseil de Prud’hommes en ayant d’ailleurs changé entre temps d’avocat, je  ne commettais aucun manquement déontologique en assurant la défense des  intérêts de celui-ci.

J’observe d’ailleurs que l’intéressé vous a saisi  après avoir été débouté par le Conseil de Prud’hommes et avant que ce dossier  soit évoqué devant la Cour d’Appel d’Amiens.

Je vous remercie d’en prendre bonne et demeure à  votre entière disposition.

Je me prie de Croire, Votre bien Dévoué.

« Nom de l’Avocat » et signature.

 

 

 

Ma lettre recommandée adressé au Conseil de l’ordre des  Avocats N° RA   5386 XXXX  9FR du 8 juillet 2006

Objet : Demande de procédure à l’encontre de Maître « Nom de  l’Avocat ».

PJ : Copie de la carte de visite de Me « Nom de l’avocat »avec  prise de rendez vous pour le mardi 28/09/2004 à 18Heures « date et  heure du rendez-vous en manuscrit »

Maître.

J’accuse bonne réception de votre courrier du 23 mai dernier.

Je suis déçu de voir mon dossier classé aussi rapidement.

Je me permets de vous rappeler que lors de mon entretien avec Maître « Nom de    l’Avocat », j’ai eu le temps de lui donner suffisamment d’informations qui ont  obligatoirement servi à la partie adverse. Je sollicite de votre bienveillance  la réouverture de mon dossier et suis éventuellement à votre disposition pour un entretien.

Après lecture de la lettre du 18 mai 2005 de Maître « Nom de  l’Avocat » j’aimerais apporter quelques détails supplémentaires.

Le  mardi 28 septembre 2004 à 18H00 j’ai été reçu par Maître « Nom de  l’Avocat »  dans son bureau, copie de la carte de    visite avec prise de rendez vous datée  par son secrétariat ci-joint.

Je  certifie sur mon honneur, m’être entretenu avec Maître « Nom de  l’avocat », sans me méfier compte tenu que je me    suis    présenté en tant que comptable de la Société « Nom de l’Entreprise »  dont mon employeur été M « Prénom & Nom » PDG.

Lors  de cet entretien, je me suis livré en toute liberté à Maître « Nom  de l’Avocat », en lui faisant part dans le    détail :
« écrit confidentiel » de mon  employeur M « Nom et Prénom du PDG » (Documents à l’appui pour une meilleure  compréhension).
« écrit confidentiel » dont  j’étais victime de la part de M « Prénom et Nom du PDG .

Ce  n’est qu’après avoir expliqué toute mon histoire, que Maître « Nom  de l’Avocat »,  m’a dit ne pouvoir prendre mon    dossier en charge je cite « Mais attendait  la « Nom de mon entreprise », il me semble avoir travaillé dans le  passé pour une affaire concernant un des    clients de l’entreprise, il m’a  ensuite confié avoir eu pour client, Monsieur « Nom d’un ancien  Dirigeant« ancien  directeur de la « Nom de    l’Entreprise ».

Maître  » Nom de l’Avocat », m’a dit (Afin de m’excuser je peux vous proposer deux de mes  confrères très  sérieux). Maître « Prénom et Nom d’un Avocat », et Maître « Prénom  et Nom du deuxième Avocat ».

J’ai  choisi Me  » Nom du deuxième Avocat » Maître, « Nom de l’Avocat » a téléphoné devant moi pour prendre le rendez vous.

Je  trouve qu’il serait très intéressant que Maître « Nom de  l’Avocat » vous produise le détail de son relevé  téléphonique pour la journée du 28 septembre 2004, afin de déterminé  avec précision l’heure de son appel, et ainsi calculé la durée de notre entretien.

Dans  l’attente  de votre réponse, veuillez agréer Maître mes salutations distinguées.

 

 

Ma lettre recommandée RA 3884 xxxx 5FR  du 05 mai  2006 au conseil de l’ordre des Avocats à l’encontre de ma troisième  avocate dans la mesure où je considère à  juste raison que l’avocat de mon employeur fût mon avocat durant une heure le  28 septembre 2004.

Objet : Demande de procédure à l’encontre de Maître « Prénom & Nom de l’avocate ». 

P.J : Lettre d’appel 

Monsieur le Bâtonnier, 

Par  la présente, je saisis votre conseil de l’ordre à l’encontre de « Prénom  & Nom de l’avocate » concernant la gestion de mon dossier. 

Le  17 mai 2005 je rencontre Maître « Prénom é Nom » avocat  de renom, afin de lui confier mon dossier suite à mon licenciement après vingt  années d’ancienneté à la « Nom de l’entreprise » à  « Nom de la ville ». 

Le  dossier à été plaidé le 12 décembre 2005 à « nom de la ville », le jugement rendu le  13 février 2006. 

Je  sollicite de vos instances un entretien afin de vous faire état, documents à  l’appui, des nombreuses irrégularités et manquements concernant mon affaire. 

Je  vous informe ne pas avoir réglé par signe de contestation le solde des  honoraires de Maître « Nom de l’avocate » du 13  décembre 2005 d’un montant de 956,80€. 

Je  vous prie de bien vouloir accuser réception de cette déclaration. 

Veuillez  agréer, Monsieur le bâtonnier, mes salutations distinguées. 

Suivi de  ma signature.

 

 

Lettre du 19 mai 2006 du Conseil de l’Ordre des  avocats concernant ma troisième avocate.

le 19 mai 2006.

Cher Monsieur,

J’ai bien reçu votre correspondance datée du 2  mai 2006 me demandant d’engager une procédure disciplinaire à l’encontre de  Maître « Prénom & Nom ».

Je note que vous n’avez pas réglé le solde des  honoraires qui lui était dû.

Il ne me sera malheureusement pas possible de  vous accorder un entretien compte tenu de mon emploi du temps. De plus la  procédure disciplinaire prévoit que le    plaignant doit exposer    par écrit ses  griefs et joindre à sa plainte l’ensemble des documents justificatifs.

Je vous invite donc à m’adresser une plainte en  bonne et due forme afin que je puisse y réserver la suite qu’elle mérite.

Je vous prie de croire, Cher Monsieur, en  l’expression de mes sentiments dévoués.

 

 

Ma  lettre recommandé N° RA 3884 xxxx 7FR du  29 juillet 2006 adressé au conseil de l’ordre des avocats.

Objet : Plainte à l’encontre de « Ma troisième Avocate ».

P.J : Mails « La secrétaire de  Direction » 31/12/04 & 08/02/05.

P.J : Lettre de « La secrétaire de  Direction » du 10/10/05.

P.J : Ma lettre Recommandée du 05/10/05.

P.J : Ma lettre Recommandée du 08/10/05, Annexe,  Précisions concernant vos conclusions.

P.J : Ma lettre du 13/10/05.

P.J : Ma note du 04/11/05 remise en main propre à  Me « Nom de ma troisième avocate ».

Monsieur le Bâtonnier,

Je  fais suite à votre lettre du 19 mai dernier, en portant officiellement plainte  à l’encontre de Maître « Nom de l’avocate » concernant la gestion de  mon    dossier pour les raisons suivantes :

    HISTORIQUE

 

« Mes écrits sont confidentiels  je  ne peux les reprendre sur mon site & BLOG car particulièrement sensibles ils sont les raisons de mon licenciement»

J’estime  que Me « Nom de l’avocate » n’a pas tenu compte de mes demandes  écrites et recommandées et n’a pas essayé d’avoir les pièces nécessaires à ma  défense.    De plus malgré l’accord du juge lors de l’audience, elle m’a interdit  d’une façon arrogante et agressive de prendre la parole alors que je demandais  poliment à apporter des précisions ce qui m’a discrédité.

Veuillez  agréer, Monsieur le bâtonnier, mes salutations distinguées.

Le Bâtonnier, « Prénom  & Nom suivi de sa signature »

 

Lettre du 1  Août 2006 du Batônnier 

Cher Monsieur,

J’accuse réception de votre correspondance du 29 juillet  2006 déposant officiellement plainte à l’encontre de Maître « Nom de  l’Avocate ».

Je provoque pour l’heure les explications de l’intéressée.

Comptez sur moi pour vous tenir informé du suivi.

Je vous prie de croire, Cher Monsieur, en l’explication de  mes sentiments dévoués.

Le Bâtonnier, puis sa signature

 

 

Le 30/01/2007 Deuxième attestation de la secrétaire de  Direction à l’attention de mon ancien PDG suite à mon licenciement en 2004/2005.

Il s’agit bien de la personne qui m’avait adressé les deux Mails ci-dessus du 31 Décembre 2004 & du 08 Février 2005.

Je soussigné, « Nom de la secrétaire de  Direction », née le xx xxx 19XX à xxxxxxxxx 02100, demeurant  « ……………… » n’ayant aucun lien de parenté avec les parties    citées dans  la présente, souhaite et tiens à apporter un complément d’information quant à  ma déclaration du 10 Octobre 2005, ……………………………..

La suite est CONFIDENTIEL pour L’instant.

En foi de quoi j’ai établi la présente attestation  en vue de sa production en justice, en    connaissance du fait qu’une fausse  déclaration de ma part m’exposerait à des sanctions pénales. J’atteste avoir  pris connaissance des articles 200 et suivants du Nouveau Code de    Procédure  Civile.

Fait le 30 Janvier 2007 à…….. « Pièces N° 29 ».

 

 

Une première attestation manuscrite du 15 septembre 2009 que ma communiqué une  ancienne collègue de travail qui travaillé au service    administratif dans mon  ancienne entreprise. Elle m’a communiqué une copie de sa carte d’identité  qu’elle a signé.

« Lieu de résidence » le 15 septembre  2009.

Déclaration  sur l’honneur. 

Madame, Monsieur,     

Je soussignée Mme « Prénom & Nom de mon  ancienne collègue » déclare avoir engagé une procédure au Conseil de  Prud’hommes le 19 janvier 2009    et avoir déposé une plainte à l’hôtel de Police  de « Nom de la Ville » le 03 février 2009, à l’encontre de Monsieur « Nom du PDG de l’entreprise » pour Harcèlement Moral.

Je sais que cette attestation pourra être  produite en Justice et que toute fausse déclaration de ma part m’expose à des  sanctions pénales.

Fait pour servir et valoir ce que de droit.     

Nom et prénoms de mon ancienne collègue &  signature

 

 

Une deuxième attestation manuscrite du 15 Octobre 2009 que ma communiqué une  ancienne collègue de travail du service production dans mon ancienne entreprise. Elle  m’a communiqué une copie de sa carte d’identité qu’elle a signé.

« Lieu de résidence » Le 15 Octobre 2009

Déclaration  sur l’honneur

Madame, Monsieur, 

Je soussignée Mlle « Nom et prénom »  déclare avoir engagé une procédure au conseil de Prud’hommes le 19/01/09 et  avoir déposé une plainte à    l’hôtel de police de « Nom de la Ville » le 03/02/09 à  l’encontre de Mr « Nom du PDG de l’entreprise » pour harcèlement  moral. 

Je sais que cette attestation pourra être  produite en justice et que toute fausse déclaration de ma part m’expose à des  sanctions pénales. 

Fait pour servir et valoir ce que de droit. 

Nom et prénoms de mon ancienne collègue & signature.

 

 

Une nouvelle entreprise

de juin 2006 à janvier  2010

Le 03 Janvier 2008 J’adresse une LRAR N°1A 003 168 XXXX 6 à la Médecine du Travail (concernant mon nouvel employeur depuis le 01/06/06).

Le 23 Août 2008 J’adresse de nouveau une LRAR N°1A 019 610 XXXX 2 à la Médecine du Travail (concernant mon nouvel employeur depuis le 01/06/06). 

Le 21 Octobre 2008 lettre recommandé N°1A  022 499 XXXX 6 du PDG de mon entreprise

Monsieur,

Suite à l’entretien que nous avons eu ensemble le  17 Octobre 2008, je souhaite vous préciser à nouveau les points suivants :

1-      Etant  donné les difficultés financières    que rencontre l’entreprise, la facturation  des matériels vendus doit être rapide et efficace. Hors vous avez récemment  envoyé auprès de « un financeur » une facture sans    papier à entête,  rendant ainsi son règlement impossible dans un délai cours. De plus, tout aussi  récemment, un procès verbal de livraison a été envoyé par vos soins auprès du     même organisme avec une date erronée, rendant là aussi le paiement du dossier  de financement impossible dans les délais dont nous avons besoins. Ces erreurs  sont inacceptables dans la    mesure où elles peuvent compromettre la pérennité de  l’entreprise. J’attends de vous que vous exécutiez votre travail avec le  sérieux et l’implication que le poste que vous occupez exige.

2-      Les  difficultés que l’entreprise    rencontre vont nous amener à revoir notre façon de  travailler. Je souhaite vous rencontrer le 27 octobre 2008 à 11h00 dans mon  bureau afin de revoir l’organisation de votre travail et ainsi la rendre  compatible avec les impératifs de réduction de coûts qui sont les nôtres.

Souhaitant vivement pouvoir  compter sur votre engagement, je vous prie d’agréer, monsieur, l’expression de  mes salutations distinguées.

Prénom & Nom puis  signature Président

 

Le 23 février 2009 J’adresse une LRAR N° 1A 026 926 8789 7 à la Direction Départemental du Travail et de L’Emploi et de la Formation Professionnelle de l’Aisne « Monsieur Le Directeur …Nom du Directeur… » (Concernant mon nouvel employeur depuis le 01/06/06). 

Le 23 février 2009 J’adresse une LRAR N° 1A 026 926 XXXX 2 à Monsieur l’Inspecteur du Travail « Nom de la Ville » (Concernant mon nouvel employeur depuis le 01/06/06). 

Le 04 Mars 2009 J’adresse de nouveau une LRAR N°1A 022 525 XXXX 9 à Monsieur l’Inspecteur du Travail « Nom de la Ville (Concernant mon nouvel employeur depuis le 01/06/06). 

Le 09 Mars 2009 J’adresse un fax de 18 pages dont 17 pages Jointes à ce courrier à L’Expert Judiciaire de mon Employeur. 

Le 09 Mars 2009 J’adresse un courrier par LRAR N°1A 022 525 XXXX 8 à l’Expert Judiciaire de mon Employeur. 

Le 12 Mars 2009 J’adresse un courrier par LRAR N° 1A 022 525 XXXX 1 à mon Employeur « Monsieur Le Directeur …………… » 

Le 12 Mars 2009 J’adresse un courrier par LRAR N° 1A 022 525 XXXX 4 à l’Expert Comptable de mon Employeur « Monsieur …………. Expert Comptable » 

Le 05 juin 2010 J’adresse une LRAR N°1A 043 806 XXXX 7 au repreneur de l’entreprise de mon employeur. 

Le 21 juin 2010 Je reçois par LRAR N°2C 034 945 XXXX 0 une lettre du repreneur de l’entreprise de mon employeur. Depuis cette date aucune réponse à mes demandes ?

Une nouvelle entreprise

de Mai 2010 à Octobre 2012

Nouvelle entreprise dans le bâtiment cette fois, en qualité de Comptable Unique de Mai 2010 à  Octobre 2012.

(Pour information lors de ma prise de fonction le matin même,  je découvre des écritures douteuses dans la comptabilité fournisseurs, ainsi que des états de rapprochements bancaires faux. Après recherche  l’ancienne comptable avait détourné plus de 200 000€ etc…

Si je peux en parler, c’est qu’un article dans les journaux fut publié dans un  grand journal local.

La suite est Confidentiel pour l’instant.

Echanges de mails avec la  secrétaire de l’entreprise. Elle est la fille de l’ancien propriétaire & dirigeant de l’entreprise : 

J’adresse un Mail du jeudi 1 septembre 2011 8h31     

A : La secrétaire

Objet : La paie est  prioritaire

« Prénom »

Suite à notre entretien de ce  matin, tu me dis vouloir traiter les factures d’achats avant les paies.

Tu as eu ton virement de paie il  y a deux jours, il me semble que le personnel de production a droit lui aussi  d’être payé (soit 19 personnes moins les personnes en  maladie).

Je souhaite que le virement de  salaire s’effectue si possible demain le 2 septembre, pour cela il me faut le  temps de traiter les paies pour cette raison il me faudrait    les feuilles de  présence en début d’après midi dans l’intérêt des salariés.

Comptant sur ta compréhension.

Très cordialement,

Patrick DEREUDRE

 

 

La secrétaire m’adresse a son  tour un mail envoyé jeudi 1 septembre 10h19

A : Patrick DEREUDRE

Cc : « Le Directeur de  l’entreprise »

Objet : RE : la paie  est prioritaire

Patrick,

Il est évidemment que la semaine  34 doit être traitée. C’était prévu.

Mais tu m’as demandé début de  semaine quand tu aurais les factures d’achats.

Je t’ai répondu fin de semaine  car je devais faires la semaine 34.

Puis je te rappelle les 2 appels  de « Contrôleur de Gestion des Groupes » (le dernier hier) concernant  les factures d’achats avec la même réponse, donc fin de semaine.

Vous sembliez inquiets car  « Le Directeur Financier des Groupes » attends après les chiffres d’Août.

J’ai donc dû chambouler mon  planning de travail pour faire en priorité les factures d’achats.

Tu m’as également expliqué, que  tu en avais besoin pour le mi-bilan.

J’ai voulu te donner les factures  de juillet mais non vérifiées et tu as refusé sous prétexte que le numéro  d’affaire n’était pas dessus. J’ai donc fait un tri entre celles qui en avaient  ou pas.

Puis ensuite nouvelle priorité,  la facturation client avec des rappels de la part de « DAF des  Groupes ». J’ai donc du passer en avenant toutes les commandes    arrivées  durant mes congés (ce n’est un retard comme tu dis dans ton mail envoyé à  « Directeur de la Société ».

Pendant mes congés le travail  s’est accumulé et il faut savoir que je ne sais pas faire un travail de 3  semaines en trois jours. Il faut rester raisonnable et  compréhensif.

Pour information j’ai tout de  même traité les semaines 31,32 et 33 la semaine dernière.

Je t’ai proposé de les imprimer  et faire un acompte pour la semaine 34.

Tu as refusé.

Il n’appartient qu’à toi-même que  le personnel de production soit rémunéré ou pas.

De plus, je te rappelle que les  paies sont pour le 5 de chaque mois.

Quand à mon salaire viré il y a 2  jours, tu me l’apprends.

Cordialement

 

 

Le Jeudi 1 septembre 2011  12 h30 j’adresse un nouveau mail à la secrétaire

A : La secrétaire

Objet : RE : La paie  est prioritaire

« Prénom de la  secrétaire »

Pour faire au plus vite, tu sais  très bien que les paies sont prioritaires, d’ailleurs je t’en ai parlé dès mon  retour de congés Jeudi dernier.

Ce matin tu m’as dit faire en  priorité les factures d’achats, or le 5 septembre tombe un lundi, « Prénom  de la fille du PDG des Groupes » ne travaille pas le    vendredi après midi  pour valider les virements des salaires. Pour qu’un virement soit chez le  bénéficiaire le jour même il faut qu’il soit validé avant 11 Heures du matin.

Je suis en effet inquiet, car tu  as souvent l’habitude de me donner les feuilles de présence le soir vers 17  heures juste avant de partir.

D’autre part, je suis sensé ne  pas travailler le vendredi après midi, j’ai d’ailleurs des rendez-vous demain  après midi.

Si tu me donnes les éléments de  paie ce soir il sera trop tard car je n’aurais pas le temps de traiter la paie.

Si tu me donne les éléments lundi  en sachant que je travaille pendant midi, le virement sera dans le meilleur des  cas chez le bénéficiaire mercredi 7 septembre    prochain.

D’autre part, un acompte serait  mal perçu et pas compris par les intéressés.

On ma toujours appris et dit que la paie était prioritaire.

Pour ce qui est de ton mail, je  n’ai pas le temps de répondre a chaque point, car je dois préparer des cessions  et refaire les factures « Le nom du client » selon un modèle bien précis. Je le ferais si nécessaire le moment voulu si le problème venait à  prendre des proportions inquiétantes.

Peux-tu m’indiquer de manière  raisonnable quand penses-tu être en  mesure de me donner les feuilles de présences des salariés.

Dans l’attente,

Merci pour ta compréhension.

Cordialement,

Patrick  DEREUDRE

 

 

De : la secrétaire de  l’entreprise     

Envoyé Jeudi 1 septembre 2011 à  14h10

A : Patrick DEREUDRE

Objet : RE : La paie  est prioritaire

Patrick,

Il n’est pas nécessaire de  m’expliquer toutes les conséquences qu’il en découle, J’en suis parfaitement  consciente.

C’est pour cela que je t’avais  proposé la solution de la dernière semaine payé à 35 Heures comme tu l’as fait  pour le mois de juillet (sans aucune difficulté pour le coup).

Ca s’était la solution raisonnable.

Mais devant ton insistance, j’ai  téléphoné à « Prénom du Contrôleur de Gestion des Groupes » pour lui  exposé le problème.

Nous avons donc décidé de  reporter les factures à la semaine prochaine.

Je te  transmets donc les pointages de la semaine 34 (Je ne sais pas à quelle heure,  mais comme d’habitude en temps et en heure).

 

 

J’adresse un nouveau mail à la  secrétaire de l’entreprise.     

De : Patrick dereudre     

Envoyé : Lundi 12 septembre  2011 à 13h15

A : La secrétaire

Objet : RE : La paie  est prioritaire

« Prénom de la  secrétaire »

Je reviens vers toi concernant  tes deux mails du 1er septembre dernier.

Je suis particulièrement surpris par tes propos.

D’une part, tu parles à deux  reprises de refus de ma part je cite (Tu as refusé) c’est particulièrement  inquiétant et choquant.

Je conteste tout refus de ma  part, il convient avant tout de faire dans l’intérêt des salariés.

Tu vas trop loin « Prénom de  la secrétaire » dans tes écrits c’est la raison de ce mail.

Date de prise en compte pour le  calcul des heures supplémentaires des mois précédents :

  • Janvier 2011 : du 03 janvier  au 28 janvier
  • Février 2011 : du 31 janvier  au 25 février
  • Mars 2011 : du 28 février au  25 mars
  • Avril 2011 : du 28 mars au  29 avril
  • Mai 2011 : du 02 Mai au 27  Mai
  • Juin 2011 : du 30 Mai au 24 Juin
  • Juillet 2011 : du 27 juin au  22 juillet. (Tu étais en CP du 01 août au 20 août dernier)
  • Août 2011 : du 25 juillet au  26 Août.
  • Pour septembre nous  prendrons : du 29 Août au 23 septembre 2011
  • Pour Octobre nous  prendrons : du 26 septembre au 21 Octobre 2011
  • Pour novembre nous  prendrons : du 24 Octobre au 25 Novembre 2011

Tu m’as remis les feuilles de  présence pour la paie le 1er septembre dernier à 16h35 avec des  modifications le vendredi 2 septembre en début de matinée et les    dernières  factures fournisseurs de juillet le vendredi 9 septembre au matin.

Cordialement,

Patrick DEREUDRE

 

 

De : Patrick DEREUDRE     

Envoyé : Mercredi 23 novembre 2011 à 14H18     

A : Directeur de l’entreprise

Objet : « Le Prénom et nom du chargé  d’affaires »(Agressions verbales)

« Prénom du Directeur »

Je tiens à prendre date cette fois par mail,  afin de te signaler que j’ai de nouveau été agressé verbalement hier après midi  par Monsieur « Prénom & Nom du    chargés d’affaires » en présence  de témoins « Nom de la secrétaire, du Calculateur, du Responsable Atelier,     d’un dessinateur, et d’un deuxième dessinateur »

J’ai demandé à plusieurs reprises à  « Prénom & Nom du chargé d’affaires » de modérer ses propos, mais cela ne la pas empêché de continuer.

Je ne peux bien évidemment accepter un tel comportement  à mon égard dans le cadre de la relation travail.

Très cordialement,

Patrick DEREUDRE

 

 

Lettre recommandée N° 1A 059 289 XXXX 8 du 29 mars 2012 que m’a adressé le Directeur de mon entreprise.

Affaire : Relationnel «Le chargé d’affaires » et vous-même.

Monsieur,

Suite à votre recommandé du 27 Mars dernier, je me permets les réponses suivantes :

Concernant les 3 mails référencés 1 seul fait état d’injures (celui du 21/03/12), qui je l’admets est tout à fait inadmissible.

J’étais dans mon bureau en effet le 20 Mars, le jour de votre agression verbale.

Ma non réaction sur le fait ne signifie pas implicitement de l’inertie.

Je venais d’entamer une conversation avec un architecte tout en ayant une autre ligne en attente.

J’ai, aussitôt libéré, convoqué M « Chargé d’affaires » dans mon bureau pour lui faire remarquer son attitude inacceptable.

Il est incontestable, que les intonations de voix étant de la même intensité, je n’ai pas entendu de votre part de vocabulaire déplacé.

C’est la deuxième fois que je convoque M « Chargé d’affaires » pour ce même constat, il a été menacé d’avertissement en cas de récidive.

Toute fois il est à constaté que vous avez par votre attitude, je pense involontaire, le don d’agacer vos collègues de travail, que ce soit BUREAU, ATELIER, et CHANTIER. J’ai eu    moi-même à vous le signifier l’an dernier dans mon bureau en présence de M « Directeur Administratif et Financier des Groupes».

Une société est constituée de personnes aux caractères différents, parfois opposés, il faut savoir composer.

Pour conclure, je vous propose une réunion tripartite dans mon bureau avec M « Chargé d’affaires » dans le courant de la semaine prochaine, date à convenir fonction du    planning de chacun.

Vous souhaitant bonne réception, veuillez agréer Monsieur l’expression de ma plus parfaite considération.

« Nom du Directeur Général » suivi de sa signature.

 

 

Mail du 11 avril 2012 à 10h30 que m’a adressé le « Directeur Administratif et Financier des Groupes » dont copie au Directeur Général de l’ entreprise pour laquelle je travaille.

Patrick Bonjour,

Suite à votre LRAR, je tiens à apporter plusieurs précisions :

1)      Je suis en accord complet avec la réponse qui vous a été faite par « Le Directeur de ma Société ». Il est plus qu’évident que la société présente un certains nombres de difficultés et que cela entraîne des tensions, et rend compliqués de nombreuses tâches. Toutefois, je tiens à vous rappeler que nous vous avions déjà signalé par un entretien (fait avec  »Le prénom du Directeur » et moi-même) que    votre comportement quotidien agaçait une grande partie de vos collègues et cette attitude contribuait aux tensions au sein de l’entreprise. Ce comportement n’a à mon sens pas évolué.

2)          Vous défendez votre comportement de 2 manières :

A-    D’Abord en expliquant que d’autres collègues ont également des problèmes de comportement. Cela n’a aucun rapport avec vous et nous avons convoqué ces personnes pour leur signifier. Je vous confirme que ce que nous vous reprochons n’a pas à être rapproché des agissements des autres personnes de l’entreprise.

B-     Vous évoquez un litige  commercial que vous avez avec le groupe « Mon de mon CONSTRUCTEUR » et qui, selon vous serait à l’origine des reproches que nous vous faisons. C’est évidemment complètement absurde.  Tout d’abord je tien à vous signaler que je ne sais pas pour « Le Directeur de ma Société », mais à mon niveau je n’étais absolument pas au courant que vous aviez un litige avec votre constructeur de maison. Cela concerne votre vie privée, et ne me regarde en rien. A supposer même que j’aurais été au courant (ce qui encore une fois je vous le confirme n’était pas le cas    jusqu’à la réception de courrier), je ne vois pas en quoi cela aurait pu de quelque façon être à l’origine de sanctions vous concernant. « le Nom de mon Constructeur » est une client de la société « Nom de la Société qui fabrique les menuiseries » Menuiseries appartenant au groupe « Nom du Groupe », groupe qui n’a pas de rapport avec le groupe « Nom de mon Groupe » propriétaire de la société « Nom de la    société pour laquelle j’ai travaillé». Et enfin je précise que même si vous aviez un litige personnel avec un client direct de « Nom de la société pour laquelle j’ai travaillé», ceci ne pourrait avoir aucune conséquence concernant une quelconque sanction puisque faisant    partie de votre vie privée.

Cordialement,

« Prénom & Nom du Directeur Administratif & Financier de l’ensemble des Groupes  appartenant au PDG»

 

Le Vendredi 18 Mai 2012 J’adresse une LRAR N°1A 059 289 XXXX 6 à  l’un des Ets Bancaires de l’entreprise pour laquelle je travaille ainsi qu’une copie par Fax. 

Le Vendredi 18 Mai 2012 J’adresse une LRAR N°1A 071 723 XXXX 0 au contrôleur de Gestion des Groupes ainsi qu’au Directeur Administratif & Financier des Groupes Copie par Mail et par Fax.

———Mail——-

De : « Contrôleur de Gestion des  Groupes » 

Envoyé : Jeudi 31 mai 2012 17H23

A : Patrick dereudre

Cc : « Administrateur Judiciaire, DAF  des groupes, Le directeur de l’entreprise pour laquelle je travaille »

Objet : salaires « de  l’entreprise » mai 2012

Patrick,

Tu as demandé à « Prénom du Directeur » de signer chaque relevé  d’heures et bulletin de salaire des salariés, en indiquant qu’il s’agissait  d’une demande de M « xxvv »de    l’étude de Maître « Nom du  Mandataire Judiciaire ». Après vérification auprès de M  « xxvv », il s’avère que cela est faux.

Tu indiques à  »Directeur de l’entreprise » que (Tu ne poursuivras  pas les paies sans sa signature), je te rappelle en te joignant ton contrat de  travail que cela fait partie de tes    attributions et te demande de reprendre ton  travail.

Merci de poursuivre les paies de ce mois afin  de ne pas léser les salariés dans la date de versement de leurs salaires.

Cordialement

« Prénom du Contrôleur de  Gestion »

 

 

De : Patrick dereudre     

Envoyé : Vendredi 1 juin 2012 9h34

A : « Contrôleur de Gestion »

Cc : « l’administrateur Judiciaire, DAF des groupes, Directeur de mon entreprise

Objet : RE : salaires « de  l’entreprise » mai 2012

« Prénom du Contrôleur de Gestion »

Je suis surpris par la nature de ton mail.

Je me suis entretenu cette semaine avec  Monsieur  « xxvv de l’étude de l’administrateur  Judiciaire », nous avons échangé sur les signatures, il m’a    bien précisé  que les fiches de paie devait être signé par le Directeur Général Monsieur  « Prénom & Nom du Directeur », pour validation par     l’administrateur.

D’autres part, le cabinet « Nom du  Commissaires au Comptes » avait demandé en 2010 que les procédures soient  bien respecter or elles ne le sont pas, quelques exemples :

  • La validation des heures des salariés par le  dirigeant.
  • La mise en place d’un cahier pour le courrier  (arrivé et départ)
  • La validation de l’ensemble des avoir clients par le dirigeant.
    Etc.

Or rien est fait les procédures ne sont pas  respecter.

Je me suis entretenu au téléphone hier après  midi avec Monsieur «  Le nom de la personne qui intervient pour le cabinet  de l’Expert Comptable » de chez     « Le Nom du cabinet ».

Le fait que Monsieur « Prénom et Nom du  Directeur de l’entreprise » puisse avoir connaissance des heures des  salariés en s’engageant en signant les différents    documents lui semble tout à  fait normal. Surtout lorsque l’on sait que la masse salariale est trop  importante par rapport aux chiffres d’affaires et surtout qu’il y a des abus concernant les heures supplémentaires.

J’ai toujours travaillé dans l’intérêt des  sociétés qui mon employés et c’est le cas pour «le  Nom de mon  entreprise » :

Pour Exemple : Lors de ma prise de  fonction le 17 mai 2010, j’ai découvert en pointant les comptes fournisseurs  dans l’heure et demie qui a suivi que des écritures    dans les comptes  fournisseurs étaient suspectes et que les rapprochements bancaire étaient faux.

Plus de 200 000€ de détournement sans  compter l’impact sur les clients et la (TVA avec xxx xxx€ de mise en  demeure de payer par le trésor le 15 février    2012).

J’ai refait le plan de paies et refait les  paies depuis le 1er janvier 2010 (nous avons été redressé sur 2008  et 2009 suite un contrôle URSSAF (xx xxx€)     en septembre dernier mais pas  de redressement sur 2010). Le 19 mars 2009 (xx xxx€) sur la période de  2006 & 2007.

« J’ai fait figurer un tableau de  répartition du redressement URSSAF 2008/2009/2010 »

Les comptes clients et fournisseurs sont aujourd’hui transparents ce qui n’était pas le cas depuis l’arrivé de Madame  « Prénom & Nom de l’ancienne    Comptable » dans la société en 2006. Etc…

Je ne me suis pas ménagé depuis le 17 mai 2010  en effectuant de nombreuses heures supplémentaires qui ne m’ont pas été payé.

Pour information puisque tu es venu hier chez  « Nom de l’entreprise pour laquelle je travaille» voir « Le Directeur ». Je t’ai  informé que je faisais les paies du 01 Mai au 22 Mai puis une deuxième paie  après validation par « Prénom du Directeur »  du 23 Mai au 31 Mai. J’ai terminé la    1ère partie hier soir avec l’édition des différents états pour l’étude de Maître « Nom de l’administrateur Judiciaire ».

J’ai travaillé hier de 8 Heures à 18 Heures en ne prenant que 30 minutes de poste entre 13h10 & 13h40.

J’ai souvent travaillé en 2010 & 2011 de 8H du matin à 20H le soir en mangeant très rapidement sur le coin de mon bureau afin de rétablir les situations    antérieures.

Je suis tout simplement horrifié par mes conditions de travail depuis plusieurs mois maintenant, il est évident que l’on cherche à me licencié et nous en connaissons la véritable raison.

Pour information, j’ai dit à « Prénom du Directeur » que je mettais à compter de ce mois la prime de 1% d’assiduité comme l’ensemble des ETAM, et que l’ensemble de mes    heures supplémentaires seraient payées.

PJ : Courrier du Trésor Public.

PJ : Courrier de notification URSSAF du 19 Mars 2012

Cordialement,

Patrick DEREUDRE

 

 

De : « L’administrateur Judiciaire »

Envoyé le 1 juin 2012 14h57

A : P DEREUDRE, « PDG des groupes, DAF des groupes, Contrôleur de Gestion des Groupes » 

Objet : « Nom de l’entreprise »
MR DEREUDRE + Copie………01-06-2012 (mail)

Pièces jointes : MR DEREUDRE + Copie……… 01-06/2012 (mail ) (0).pdf

Monsieur DEREUDRE

En Copie à :

  • Contrôleur de Gestion des Groupes 
  • DAF des groupes
  • PDG des groupes

« lieu » Le 1er juin 2012

Affaire « Nom de l’entreprise »

Objet : fiches de paie

N/REF : LP/SD/B335 

Monsieur,

Vous m’avez communiqué ce matin vos échanges de  mail avec Monsieur « Contrôleur de Gestion des Groupes », relatif à l’établissement des fiches de paie.

Mon collaborateur me précise qu’il ne vous a adressé aucune demande visant à ce que les fiches de paie soient signées par    Monsieur « LE DIRECTEUR DE L’entreprise »

Je vous invite à établir ces fiches de paie et  me les communiquer, ainsi qu’à Maitre « Nom du mandataire  Judiciaire » au plus vite.

Les salariés n’ont pas à subir la situation.

Je vous prie d’agréer, Monsieur, l’expression  de mes sentiments distingués.

Nom de l’administrateur  judiciaire « sans sa signature ?? »

 

 

Mail     

De : Patrick DEREUDRE     

Envoyé : Lundi 4 juin 2012 12h05

A : « l’administrateur, Le PDG des groupes, le DAF des groupes, le contrôleur de Gestion des groupes »

Objet : RE : « le Nom de l’entreprise – DEREUDRE+Copie…………. 01-06-2012 (MAIL)

Maître,

Je fais suite à votre mail.

La première partie des fiches de paie soit du 1er au 22 Mai dernier est terminé depuis Jeudi soir dernier, « Le Prénom & Nom de la secrétaire de la  Société » m’a donné les feuilles de préparation le jeudi matin. J’ai travaillé le jeudi 31 mai dernier de 8h à 18h avec une demi-heure de pose (Je n’ai pas fait que les paies).

Je ne me suis pas entretenu avec Monsieur « Le Contrôleur de Gestion » concernant la paie mais seulement avec Monsieur « le Nom du Directeur de ma  société ».

Monsieur « Le Contrôleur de Gestion » m’a adressé un mail qui s’appuie visiblement sur un échange entre lui et Monsieur « le Nom du Directeur de ma société ».

D’autres part, je maintien avoir demandé à Monsieur « xxvv de l’étude de l’administrateur Judiciaire » la procédure à suivre concernant les paies, suite à un échange téléphonique.

Monsieur « xxvv de l’étude de l’administrateur Judiciaire » m’a demandé que les bulletins de paies et les ordres de virements soient signés par le Directeur Monsieur « Le nom du Directeur de la société pour laquelle je travaille ».

Madame « Le nom de la secrétaire de la société pour laquelle je travaille » m’a remis vendredi 01 juin dernier les feuilles de présence pour la semaine 22 soit du 21 mai au 25 mai  dernier. 

Je ne travaille plus le vendredi après midi sauf exception, j’ai fait les fiches de paie ce matin pour la période du 23 mai au 31 mai dernier.

La paie à toujours était m’a priorité, d’ailleurs les ETAM & CADRES avaient leur virement de paie depuis que je suis dans cette société avant la fin du mois en cours et les    personnes de production au plus tard en début du mois suivant car il fallait « Nom de la secrétaire de ma société » puisse faire les feuilles de présence.

Je ne comprends pas les accusations non fondés de Monsieur « Le Contrôleur de Gestion ».

Je constate que Monsieur « Nom du Directeur de ma société », ne s’est pas exprimé sur le sujet.

Monsieur « Noms du Directeur de ma société », pourra vous confirmer que nous avions convenu que les fiches de paies devaient être signées par « « Nom du    Directeur de ma société ».

D’autres part, je me suis rapproché la semaine dernière de Madame « La banque RJ » qui met en place la ligne DAILLY pour demain Mardi ce qui va nous permettre de payer les    paies.

Il a été convenu la semaine dernière avec Monsieur « xxvv de l’étude de l’administrateur Judiciaire » que l’entreprise ferait l’avance de la paie du 1er au    22 mai et se ferait remboursé par les AGF. D’après Monsieur « xxvv de l’étude de l’administrateur Judiciaire » il aurait fallu plusieurs jours pour que les salariés soient payés  par les AGF.

Je me tiens à votre disposition pour plus de renseignements et éventuellement pour vous rencontrez.

Très cordialement,

Patrick DEREUDRE

 

 

Le jeudi 7 juin 2012 à 13h24 J’adresse un nouveau mail :

Objet : TR : HARCÈLEMENT MORAL AU TRAVAIL. mail du 07 juin 2012

aux personnes suivantes :

  • Contrôleur de Gestion des Groupes.
  • Directeur Administratif et Financier des Groupes.
  • Directeur de ma Société.
  • L’administrateur Judiciaire.

 La suite est Confidentiel pour l’instant.

 

Le 06 Octobre 2012 J’adresse par LRAR N° 1A 075 228 XXXX 6 à l’administrateur Judiciaire de mon employeur.

Le 06 Octobre 2012 J’adresse par LRAR N°1A 075 228 XXXX 3 au Mandataire Judiciaire  de mon employeur. Copie par fax le 08 Octobre 2012.

Le 06 Octobre 2012 J’adresse par LRAR N° 1A 077 172 XXXX 8 au Directeur de L’Entreprise pour laquelle je travaille.

Le 12 Octobre 2012 J’adresse par LRAR N° 1A 077 172 0382 3 à mon PDG ainsi qu’a mon Directeur Administratif & Financier.

Le 15 Octobre 2012 J’adresse par Fax un courrier à la Comptable personnel de mon PDG à l’attention de mon Directeur Administratif & Financier des Groupes ainsi qu’au PDG des Groupes.

Le 24 Octobre 2012 J’adresse par LRAR N°1A 077 169 XXXX 8 à l’Administrateur Judiciaire de mon Employeur.

Le 02 Novembre 2012 J’adresse une LRAR N°1A 077 558 XXXX 4 au Directeur de L’Entreprise pour laquelle j’ai travaillé. Copie par fax le 06 Novembre 2012.

Le 06 Novembre 2012 J’adresse une LRAR N°1A 077 558 XXXX 0 au Mandataire Judiciaire de mon Employeur.

Le 16 Novembre 2012 J’adresse un fax au Mandataire Judiciaire  de mon Employeur.

Le 19 Décembre 2012 J’adresse une LRAR N° 1A 079 558 XXXX 5 au Mandataire Judiciaire de mon employeur.

Le 22 Janvier 2013 J’adresse par LRAR N° 1a 079 760 XXXX 4 au Mandataire de mon Employeur.

.

C’EST LOIN D’ÊTRE FINI

.

 CETTE HISTOIRE A UN DÉBUT

 ELLE AURA UNE FIN

.

Il m’appartient pas de  juger mais il m’appartient de dire la vérité

. . .

Monsieur Patrick DEREUDRE

La Maladrerie

 3 Allée du  Canal 

02100 LESDINS (France)

. .

 

Pour lire l’intégralité

de cette page 

cliquez ci-dessous 

vous allez être

rediriger

sur mon

SITE

 

. . .

CLIQUEZ ICI

. . .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires desactivés.

 
 

Front de gauche PLEDRAN |
Dictavsdemo |
Strategy |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tommychronique
| Artykuły na każdy dzień
| Sondages François Hollande